Bilan de fin de mandat par la direction de l’ISIMA

Directeur de l’Institut Supérieur d’Informatique, de Modélisation et de leurs Applications (ISIMA) depuis Septembre 2017, Alexandre Guitton vient de terminer son mandat et cède sa place à Farouk Toumani. A cette occasion, l’association des anciens de l’ISIMA (Anelis) a pu rencontrer Alexandre Guitton, et son directeur adjoint David Hill,  et échanger avec eux sur leur bilan.

guillemets

Q : Audit de la CTI, création de l’INP, gestion du COVID, formation par apprentissage, projet CAP20-25… Ces dernières années ont été particulièrement chargées pour l’ISIMA, l’Université Clermont Auvergne et maintenant Clermont Auvergne INP. Si vous deviez résumer votre mandat en quelques phrases, que diriez-vous ?

Les sujets cités dans la question résument bien les actions principales de mon mandat 🙂 J’aurais juste ajouté la stabilisation de l’ex-Institut d’Informatique ISIMA (qui se ré-appelle ISIMA depuis fin 2020). Ce n’est pas une action très visible de l’extérieur, mais elle permet néanmoins de s’appuyer sur les points forts de chacune des formations et est le pré-requis d’autres actions. De plus nous avons également pu obtenir l’agrément CTI (Commission des Titres d’Ingénieurs) pour une filière par apprentissage.

Q : En 2017 vous nous annonciez un projet sur trois axes (voir l’interview) : renforcer la cohérence des formations d’informatique sur le site, continuer le développement de la qualité des formations, augmenter la visibilité nationale du diplôme d’ingénieur de l’ISIMA. Avez-vous finalement pu mettre en œuvre ces projets, et de quelle manière ?

Nous avons effectivement pu avancer sur ces trois projets.

  1. Le regroupement au sein de l’ISIMA de la licence d’informatique, du master d’informatique et du diplôme d’ingénieur ISIMA permet d’avoir un pilotage cohérent de ces trois diplômes. Nous avons œuvré pendant ce mandat pour stabiliser cette nouvelle structuration, qui amène de nombreux avantages.
  2. Concernant la qualité des formations, le dernier audit de la CTI a été un succès, et a permis d’accréditer l’école sur la durée maximale avec très peu de recommandations pour le prochain audit. Nous travaillons dès à présent sur la recommandation la plus difficile, qui consiste à augmenter la période minimale à l’étranger (actuellement 6 semaines hors période COVID, avec l’ambition d’atteindre 3 mois d’ici le prochain audit dans 4 ans).
  3. L’élément le plus marquant pour la visibilité nationale de l’ISIMA est son appartenance à Clermont Auvergne INP en tant qu’école d’informatique.

Q : Sur la visibilité du diplôme de l’ISIMA, l’école a bien progressé dans les classements et dans la qualité du recrutement ces dernières années. Avez-vous des chiffres à partager ?

Les classements ont effectivement progressé régulièrement, notamment le classement de l’Etudiant qui est historique et en adéquation avec notre établissement.
La progression du niveau des étudiants se voit avec le marqueur national de référence pour les écoles d’ingénieur qui est la moyenne au baccalauréat. Le dernier classement de l’étudiant sur l’excellence académique nous positionne en 37ème position, proche de très bonnes écoles du groupe INP.

Notre positionnement dans les écoles de l’académie de Clermont-Ferrand a lui aussi progressé et s’est confortée lors de ces 2 dernières années.


Les chiffres complets sont accessibles ici.

Q : Votre mandat marque également les premiers diplômes de personnes passées par le système de classe préparatoire intégrée Prép’ISIMA. Quel regard portez-vous sur ce dispositif ?

Je connais bien ce dispositif, car j’étais responsable de la L1 informatique au moment où les premiers étudiants de Prép’ISIMA ont commencé. C’est donc avec un grand plaisir que j’ai pu les voir être diplômés de l’ISIMA. Actuellement, les étudiants Prép’ISIMA sont globalement parmi les meilleurs étudiants de l’ISIMA, c’est donc un dispositif à renforcer. On note par exemple que sur les 10 premiers étudiants de la promotion 2020 (qui reçoivent les prix ‘ISIMA Award’) : 5 sont issus de la Prep’ISIMA, 2 viennent d’IUT, 1 vient de classe préparatoire classique (filière MP) et 2 sont des ingénieurs en double diplôme venant de l’étranger.

En savoir sur la Prép’ISIMA.

Q : La formation par apprentissage, permettant d’obtenir son diplôme d’ingénieur en informatique à l’ISIMA en 3 ans en alternant entre l’école et une entreprise, doit ouvrir en septembre 2022. Est-ce que le planning sera tenu ?

La nouvelle équipe de direction a prévu de respecter ce planning pour la FISA (formation initiale sous statut d’apprenti). Si la FISA n’ouvrait pas en septembre 2022, il faudrait refaire une demande d’ouverture à la CTI, ce qui prendra plusieurs années.

Q : Y a-t-il un succès dont vous êtes particulièrement fier ?

Le succès collectif qui me satisfait le plus est la création réussie de Clermont Auvergne INP. Cela apportera une image positive pour l’ISIMA, solide et pérenne dans le temps.

Q : A l’inverse, avez-vous un regret ou un sujet que vous n’avez pas pu traiter ?

La crise sanitaire qui s’est étalée sur deux années universitaires a diminué les activités étudiantes. J’espère que la vie universitaire pourra redémarrer à un rythme normal dès la rentrée 2021.

Q : Clermont Auvergne INP est officiellement créé depuis le 1er janvier 2021, et sa direction vient récemment d’être nommée. Quelles vont être les premières conséquences pour l’ISIMA ?

La création de Clermont Auvergne INP devrait principalement améliorer le classement de l’école et le niveau de recrutement des étudiants. D’autres retombées positives devraient aussi arriver : un gain d’agilité administratif, le renforcement et une diversification des relations entreprises, ou encore l’augmentation des partenariats internationaux.

Q : Comment s’est  passé le passage de relais avec la nouvelle équipe de direction ?

Le fait qu’il n’y ait qu’un seul candidat à la direction a permis d’anticiper le passage de relais. J’ai fait de nombreuses réunions avec Farouk sur les sujets les plus importants (dont le recrutement étudiant, la qualité, le budget, l’organisation UCA-INP, l’organisation interne de l’ISIMA, les formations de l’école, etc.). Je resterai à la disposition de l’équipe tout au long de l’année 2021-2022, le temps que les tous sujets apparaissent au moins une fois.

Q : Avez-vous un conseil ou un message à la nouvelle équipe de direction ?

Je les remercie d’avoir candidaté pour ce mandat. J’espère qu’ils arriveront à bien répartir les responsabilités collectives, et à réussir les projets ambitieux qu’ils prévoient tout en s’épanouissant professionnellement.

Q : Et maintenant que cette aventure se termine, qu’allez-vous faire ?

J’ai obtenu une délégation INRIA au CITI de Lyon pour 2021-2022. Je vais donc pouvoir me concentrer sur mes activités de recherche pendant un an.

guillemet

Alexandre Guitton (en photo), directeur de l’Institut d’Informatique d’Auvergne / ISIMA de 2017 à 2021, est professeur des universités en informatique. Il est spécialisé dans le domaine des réseaux, qu’il a enseigné à l’ISIMA, et est également chercheur au LIMOS.

David Hill, directeur adjoint de l’Institut d’Informatique d’Auvergne / ISIMA de 2018 à 2021, est professeur des universités, ainsi que chercheur au LIMOS. Il enseigne l’informatique (simulation et ingénierie des modèles) et ses recherches sont souvent appliquées aux sciences de la vie et de l’environnement.

Relire les autres interviews du mandat d’Alexandre Guitton : 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest