Portrait de ZZ+ : Stéphanie de Botton, Gérante, commerciale, cheffe de projet, développeuse et secrétaire d’Adenia

Stéphanie de Botton

Carte d’identité ZZ

Ma promotion / Filière : 2015 / F2 Génie Logiciel et Systèmes Informatiques

Ma devise : Le gras c’est la vie !

En bref : Auvergnate endurcie, je suis née à Montluçon et j’ai effectué mes études supérieurs à Clermont-Ferrand (DUT, Licence Pro et ISIMA aux Cézeaux). Passionnée par mon chien, la musique, le cinéma et les sciences humaines (PNL, mentalisme, biais cognitifs). Je suis également «écolo-bobo-gocho-féministo…» et fière de l’être : une cheffe d’entreprise à vélo !

Mon expérience ISIMA

Promotion et filière : Après le bac je ne savais pas quoi faire. Mon père m’a dit : «fait comme ton frère !» et j’ai postulé en IUT informatique aux Cézeaux. Après avoir obtenu mon DUT et ma licence professionnelle j’ai continué sur les conseils des enseignants à l’ISIMA. Compte tenu de mon parcours et mes compétences déjà acquises je me suis orientée en F2 et j’ai obtenu mon diplôme en 2015. Comme beaucoup d’étudiants venant d’IUT la première année a été dure scolairement (maths, physique, électronique, etc.). Pour ma part, les 2 années suivantes ont été dures humainement : gros investissement associatif en 2ème année et stage (qui s’est mal passé) sans RH, sans maître de stage et sans suivi du tuteur ISIMA en 3ème année. Ces expériences m’ont rendu encore plus combative, je ne me laisse jamais faire et je me sers chaque jour de cette force pour porter mon entreprise plus loin.

Associatif : J’ai présidé IsiGala pour l’organisation du Gala 2014 : « nos ingénieurs ont du talent ». 2 membres les premiers mois (Pierre-Antoine Onfroy, trésorier et moi-même) nous avons eu du mal à recruter cette année-là pour l’organisation, finalement nous sommes arrivés à 5 membres. Nous avons organisé différents événements avant le Gala (cours de danse, soirée concours de talents) avec plus ou moins de succès. Cette organisation m’a vraiment appris à déléguer (après un “léger” burnout ^^). J’ai trouvé et compris mes limites en organisant ce gala à 90% seule jusqu’à 2 semaines du jour J. Les 2 dernières semaines c’est Louis Gourdeau qui a pris le relai avec brio pour tout terminer !

Voici l’équipe Isigala (au complet!) de ma promo, ainsi que la relève :

Meilleur souvenir de l’ISIMA : Quand je pense à l’ISIMA, ce qui me revient c’est surtout tous ces midis à jouer au tarot au BDE avec la meilleure équipe IsiBouffe de toute l’histoire qui prépare les pâtes, les burger, les croques monsieurs, etc. C’est aussi les soirées Lvdic au cidre et les concerts de MuZZic. Ce sont les associations qui rendent cette école inoubliable !

Après l’ISIMA

Création d’Adenia

Après l’ISIMA, j’ai tout de suite monté mon entreprise, associée à mon dernier maître de stage. Nous nous sommes retrouvés sur des valeurs de considération du client et de qualité du travail. Nous avons choisi de nous dédier aux petites entreprises qui ont des besoins sur-mesure et réalisons donc des logiciels Web sur demande.

Monter une entreprise est une grande aventure, cela occupe l’esprit 100% du temps et cela demande de s’adapter énormément. Ma formation est en informatique, pas en relation client, gestion comptable, secrétariat et stratégie commerciale. Dans chacun de ces secteurs nous apprenons par nos expériences (souvent par les mauvaises expériences, ce sont les plus enrichissantes !). C’est passionnant et chaque jour est différent !

La leçon que nous avons le mieux retenu (et que l’on apprend pas officiellement dans les écoles) : pour monter son entreprise il faut de l’argent ! On croit qu’une entreprise rapporte, c’est vrai mais cela peut prendre du temps et parfois beaucoup de temps. Il vaut mieux éviter de lancer une entreprise avec un crédit maison, un crédit voiture et un bébé en route ! 25% des créateurs ferment au bout de 2 ans et 50% au bout de 5 ans… Et fermer a de lourdes conséquences (pas de chômage, l’argent investit est perdu, des années sans se payer, un poids psychologique, etc.). Les idées et la motivations ne suffisent donc pas ; sans elles cependant cela n’ira pas loin non plus !

Adenia, aujourd’hui

Au bout de 5 ans nous sommes toujours là et c’est en grande partie grâce à notre stratégie de départ : avoir un pôle prestataire pour vendre du sur-mesure et avoir un pôle éditeur pour avoir des rentrées récurrentes par abonnement. C’est ce pôle éditeur qui grossi et nous maintient même pendant les années de crises comme 2020. Côté prestataire de service, trouver des prospects n’est pas notre fort, nous avons souvent réalisé des projets annexes à notre cœur de métier (des e-commerces, des sites vitrines) pour «acheter des pâtes». Cela génère également de l’éparpillement dans les technologies ce qui est lourd à 2 et nous avons mis du temps avant de trouver un équilibre (on s’en approche encore doucement). Côté commercial, nous avons également investit dans un responsable à 4 pattes très apprécié par nos clients ! 🙂

Mako, chien & commercial d'Adania !

 

Dans cette carrière je connaissais le développement (acquis par ma scolarité dont l’ISIMA) mais j’apprends à être une commerciale, une comptable, une secrétaire… : une gérante de TPE. C’est passionnant et chaque jour est différent !

Cette année je suis également intervenue comme enseignante auprès d’un organisme dans une formation en informatique. C’est une activité qu’à l’avenir j’aimerai étendre.

Me suivre

Mon entreprise  : https://adenia.fr/

Mon profil sur LinkedIn : https://fr.linkedin.com/in/stephanie-de-botton

Découvrir d’autres portraits d’ancien·ne·s…
Envie de partager ton expérience ZZ ? N’hésite pas à nous contacter.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest